Historique

Avec 50 années de carrière fêtée en 2020, l’option BD-Edition de Saint-Luc Bruxelles reste un des lieux d’enseignement la bande dessinée incontournable.

Cette page reprend en détail, de façon quasi exhaustive, l’historique de cette section.


Rubriques

Un peu d’histoire...
Ligne du temps
Auteurs et autrices sortis de l’atelier
Les professeurs

Un peu d’histoire...

En 1969, l’Institut Saint-Luc-Bruxelles, école fondée au début du XXème siècle pour promouvoir l’enseignement de l’art religieux, ouvre une section spécifiquement dédiée à la bande dessinée. Faisant suite à la School of Visual Arts de New York et de l’Escuela Panamericana de Arte de Buenos Aires, cette expérience est la première du genre en Europe. Depuis la Libération, les créations locales – en particulier, celles issues des journaux Spirou et Tintin – connaissent un succès considérable. La bande dessinée apparaît désormais comme une composante majeure de la culture populaire nationale et Bruxelles comme son principal foyer. Les auteurs vedettes ayant décliné l’invitation, c’est in fine Eddy Paape, collaborateur régulier des deux célèbres hebdoma- daires belges, qui accepte de prendre en charge la nouvelle formation.

L’arrivée de la bande dessinée dans les cursus scolaires entraîne de profondes mutations. Jusqu’alors, le jeune aspirant apprenait généralement son métier en intégrant comme assistant le studio d’un auteur confirmé. Lorsque les rouages essentiels de la profession étaient acquis, l’assistant pouvait prendre son autonomie. L’inscription de la bande dessinée au sein des filières artistiques favorise sa contamination avec les autres formes d’expression enseignées. Elle tend aussi à fournir aux étudiants un bagage intellectuel et induit une réflexion sur leur pratique, similaire à celle attendue de la part des futurs peintres, sculpteurs ou architectes.

Le contexte de l’immédiat après 1968 bouscule les hiérarchies artistiques au point que la bande dessinée est de moins en moins ressentie comme un art dédié au seul divertissement des masses. L’effervescence contre-culturelle produit aussi une remise en cause des hiérarchies sociales qui influence jusqu’aux méthodes d’enseignement. Du professeur, on attend désormais moins qu’il soit le détenteur d’un savoir qu’il dispense auprès de ses élèves qu’un catalyseur. Il s’agit d’individualiser les apprentissages en favorisant l’expression de singularités tout en induisant une dynamique de groupe ; en atteste la création par Claude Renard, le successeur de Paape, de l’Atelier R. L’anthologie Le 9e Rêve qui en est directement issue suscite l’enthousiasme de ceux qui saluent l’ambition de jeunes auteurs de bande dessinée désireux d’enfin interroger les codes de la bande dessinée, mais aussi le rejet de ceux qui déplorent la perte des fondamentaux, au risque de produire des réalisations absconses. Invité lors d’un jury de fin d’année, Jijé s’emporte et entre dans une vive colère :
« Vous ne me racontez rien !!! ».

Toutefois, l’Atelier R initie au sein de Saint-Luc Bruxelles une dynamique traduite par une succes- sion de collectifs (Vanille-Framboise, Mokka, Frigo... ) réunis autour d’une revue à la parution irré- gulière : Le Neuvième Rêve. Ce dernier constituant la matrice du futur éditeur alternatif Frémok. Depuis qu’il s’est ouvert à la bande dessinée, l’établissement a vu se succéder trois générations de futurs auteurs. Parmi eux : deux lauréats du meilleur album au Festival d’Angoulême – François Schuiten (avec Benoît Peeters) pour La Fièvre d’Urbicande en 1985 et Éric Lambé (avec Philippe de Pierpont) pour Paysage après la bataille en 2017. Entre 1969 et 2019, ce ne sont pas moins de deux cents anciens élèves dont les créations ont fait l’objet de publications. Les festivités des 50 ans du cursus n’auront cependant pas pour but d’ériger un mausolée à sa gloire, mais de connecter le passé et le présent, de faire dialoguer les multiples expériences qui ont façonné son histoire avec l’effervescence d’aujourd’hui.

Erwin Dejasse

Ligne du temps

  • 1968 : Répondant au vœu d’Hergé, Jean Guiraud (Frère Bernard) crée la première section au monde destinée à l’enseignement de la bande dessinée. L’atelier est pris en charge par Eddy Paape. Ses deux premiers élèves sont Claude Renard et Antoinette Collin. Dans un premier temps, la section n’est pas reconnue en tant que telle, mais constitue un cours optionnel du Graduat en Arts plastiques. Puis la section se formalise peu à peu, notamment avec l’arrivée de Claude Renard, en charge de l’atelier.

  • 1969 : Le premier véritable jury est composé d’Hergé et André Franquin. Plusieurs grands noms de la bande dessinée se succéderont dans les jurys, tel que Greg, Martens, Stassen, Boucq, Mattoti, Avril, Loustal, Goossens, Götting ou Tardi.
  • 1970-1972 : À la fin de ses études, Antoinette Collin enseigne avec Eddy Paape à l’atelier.
  • 1970-1991 : Michel Céder, seul professeur de cours théoriques intégré à l’atelier, enseigne un cours d’« Histoire et théorie des arts », et demeure parmi les premiers à mettre la bande dessinée au même niveau que l’art contemporain et la littérature. Il introduit la sémiologie en bande dessinée et donne une orientation plus expérimentale à l’atelier. Avant d’enseigner en bande dessinée, il dispense des cours théoriques en Architecture d’intérieur, où il rencontre Claude Renard, alors professeur de dessin dans la même section. Plus tard, Céder participe aux deux premiers numéros du 9ème rêve et soutiendra les collectifs Vanille Framboise, Mokka ou encore Frigo production. Il sera nommé directeur de l’Erg en 1991.
  • 1974-1983 : Claude Renard assiste Eddy Paape à l’atelier, avant de prendre sa succession. Il imprime une identité plus contemporaine à l’atelier (surnommé l’Atelier « R » comme recherche), faisant écho à l’émergence de la bande dessinée adulte et expérimentale. Il donne également des cours de dessin en Architecture d’intérieur. La croissance de la section est rapide et Renard consacre peu à peu toutes ses heures de cours à l’atelier. Avec la complicité de Michel Céder, des interventions de personnalités sont régulièrement organisées ( Franquin, etc.).

  • 1974 : Claude Renard propose à ses élèves d’éditer un livre de cartoons appelé Les autres, une suite de thématiques à partir desquelles chaque étudiant propose un dessin. Ce projet avorte malheureusement, faute d’éditeur. Une vingtaine d’années plus tard, un autre projet, Le 9ème rêve spécial enfants, connaîtra le même sort.
  • 1976 : Renard débute l’aventure du 9ème rêve, recueil avant-gardiste d’histoires complètes réalisé par des élèves de l’atelier. L’intention est portée sur la recherche et vise à éviter l’écueil des « petits mickeys ». Le premier numéro est auto-publié à 500 exemplaires, puis sera réédité par Louis Musin à mille exemplaires, tirés en sépia. Le numéro est préfacé par André Franquin et est accompagné d’un portfolio de Guido Buzzelli.
  • 1978 : Sans diffuseur ni éditeur, Renard et ses élèves décident de se rendre eux-mêmes au festival d’Angoulême avec tous les exemplaires du 9ème rêve sous le bras. Ils sont vendus et le 9ème rêve obtient le prix « Alfred de la promotion de la bande dessinée ». Ce succès sera suivi d’une conférence à la « 12ème convention internationale de la Bande dessinée et de cinéma d’animation » de Lucca en Italie, à laquelle Claude Renard invite tous ses élèves.
  • 1978-2011 : Ivan Thomas enseigne le cours de scénario à l’atelier.
  • 1978 : Publication du 9ème rêve n°2 (édition des Archers, avec un portfolio de F’murr) qui donnera lieu à une exposition à la Galerie Erg.

  • 1978-79 : Tout le monde ne partage pas les aspirations esthétiques et éditoriales du 9ème rêve. Les autopublications d’élèves comme Vanille Framboise, par Christian Staquet, Philippe Meerseman et Marc Bernard, se positionnent différemment et se réclament d’influences comme la revue Bazooka ou des groupes de musique comme Talking Heads ou Brian Eno. Michel Céder y est nommé éditeur responsable.
  • 1978 : Benoit Peeters enseigne le cours de scénario pendant un an.
  • 1978-1982 : François Schuiten enseigne à l’atelier.
  • 1979 : Publication du 9ème rêve n°3 (édition des Archers, avec un portfolio de Cuvelier).

  • 1981 : Publication du Petit 9ème rêve n°4 (édition Magic Strip).
  • 1981-1983 : Philippe Berthet enseigne à l’atelier.
  • 1982 : Publication du portfolio Synecdoque, recueil de planches réalisé par des étudiants de l’atelier, à l’occa- sion du 9° Festival International de Bande Dessinée d’Angoulême (avec la collaboration de l’École des beaux- arts d’Angoulême et la direction technique de Jean Ebrard)
  • 1982-2005 : Pierre Pourbaix enseigne à l’atelier.

  • 1983-2019 : Marc Sevrin enseigne à l’atelier.
  • 1983 : Groupe Valvoline.
  • 1984 : Publication du 9ème rêve n°5 (édition Magic Strip). Publication du collectif Dernier délai, édité par l’atelier.
  • 1984 : Fondation du fanzine Ça pue (rebaptisé Kaput) par Thierry Joor.
  • 1985:Publication du collectif Deux poutrelles levées, édité par l’atelier.
  • 1985 : « Alfred du meilleur album » au festival d’Angoulême, pour La Fièvre d’Urbicande (Les Cités obscures), par François Schuiten et Benoît Peeters.
  • 1986 : François Schuiten participe à la biennale de Venise avec des planches et de grands pastels.
  • 1986-1990 : Fondation de Mokka par Eric Lambé, Denis Larue et Alain Corbel. Devient Pelure Amère en 1992.
  • 1989 : Le collectif Mokka expose au musée d’Art moderne de la ville de Madrid
  • 1987-2002 : Ouverture de la galerie Sans titre (crée par Thierry Joor et Hélène Huberty) qui verra les premières expositions bruxelloises de Mattoti, Trondheim, Sfar, Dupuy & Berberian, de Crécy, Guibert etc, des rétrospectives de Schuiten, Bilal, Tardi, Claveloux, Moebius et mettra en avant l’actualité de la bande dessinée indé, représentée notamment par le collectif Mokka ou Frigo production.
  • 1988 : Antonio Cossu, ancien élève de l’atelier, fonde la section Bande dessinée à l’Académie des Beaux-Arts de Tournai. Il y enseigne jusqu’en 2017.
  • 1990 : Fondation du collectif Frigo production. Deviendra la maison d’édition de bande dessinée alternative Fréon en 1994, par Thierry Van Hasselt, Vincent Fortemps, Denis Deprez, Olivier Deprez, Jean-Christophe Long et Olivier Poppe. Fusionnera en 2001 avec Amok pour devenir le Frémok.
  • 1991- aujourd’hui : Denis Larue enseigne à l’atelier.
  • 1991 : Le collectif Frigo production est exposé au festival d’Angoulême.
    À la demande de Pierre Sterckx et de Claude Renard, Alain Goffin crée l’orientation bande dessinée à l’Erg. Quelques anciens étudiants de l’atelier - comme Christian Staquet, Alain Goffin ou Gérard Goffaux - font partie du corps enseignant de cette nouvelle orientation.
  • 1993 : Fondation de la maison d’édition indépendante La 5ème couche (5c), par Damien Rocour, Sarah Masson, Michel Squarci, Sibylle Loof, Olivier Fable, Vincent Dutreuil, Nicholas Wood, Sébastien Kempenaers, Christophe Poot, Renaud De Heyn et Xavier Löwenthal.
  • 1994 : Première occurrence du festival de bande dessinée indépendante Autarcic Comix organisé par le collectif Fréon, à La Glacière de St Gilles. Succéderont une seconde édition en 1995 au Beursschouwburg et une troisième en 1997 aux Halles de Schaerbeek.
  • 1995 : Création du groupe éphémère Les Bidons (Frédéric Coché, Marc Gontier, Cendrine Belleux, Emmanuel Hyronimus, Samuel Poot, Nicolas Gouesbet, Nora Schlesser).
  • 1996 : Publication du collectif La porte ouverte, édité par l’atelier. 1997 : Publication du collectif Moi dans la boîte, édité par l’atelier.
  • 2000 - 2002 : Denis Larue ouvre le Département Bande dessinée à L’Institut National des Beaux-Arts de Té- touan au Maroc. Renaud Deheyn lui succedra .
  • 2000-2007 : Julie Graux enseigne à l’atelier.
  • 2001 : Fondation du fanzine Lapsus par Maud Cressely, Jean-Sébastien Goovaerts et Anne- Françoise Quoitin. On retrouve, parmi les divers collaborateurs du fanzine, Max Tilgenkamp et Sylvain Bureau.
  • 2001 : Fondation du label de micro-édition Habeas Corpus, par Pascal Matthey, Alain Munoz et Jérôme Pui- gros-Puigener.
    Publication du collectif Pourquoi, édité par l’atelier.
  • 2002 : François Schuiten obtient le grand Prix d’Angoulême, la plus haute distinction européenne en bande dessinée.
  • 2003 - aujourd’hui : Eric Lambé enseigne à l’atelier.
  • 2004 : Le Klap qui fait mouche. Exposition des travaux des ateliers de Saint-Luc et Sint-Lukas dans le cadre de la quinzaine de la bande dessinée à la Galerie Bortier.
  • 2005 - aujourd’hui : Thierry Van Hasselt enseigne à l’atelier.
    Une case en plus. Exposition des travaux de l’atelier dans le cadre de la quinzaine de la bande dessinée. Grand-Place. Bruxelles.
  • 2006 : Exposition anniversaire pour les 30 ans du 9eme rêve au Centre belge de la bande dessinée (scénogra- phiée par Claude Renard et François Schuiten), accompagnée de la publication du 9eme rêve n°6 (sous titré « 30 ans de BD à Saint-Luc et à l’Erg »).
  • 2007 : Exposition des travaux de l’Atelier au festival BD FILL de Lausanne.
    Aux bulles et caetera...Exposition des travaux des étudiants à la Maison du Peuple. Bruxelles. Une case en plus. Exposition des travaux de l’atelier à la Rencontre BD 1200 Bulles à Wolubilis. Publication du collectif Cauchemar 1, édité par l’atelier.
  • 2008 : Publication de 2048, éditions Salmigondis, recueil d’histoires dystopiques réalisé par des étudiants à l’oc- casion des 40 ans de l’atelier. Suivra dans la foulée une exposition à la Maison Pelgrims.
    Publication d’un autre recueil : AV.01 - Entro nell’animale e sono io dans le cadre de l’atelier vertical dirigé par Stefano Ricci, assisté par les professeurs de l’atelier.
    Exposition des travaux de l’Atelier au festival Stridagen de Haarlem.
    Publication du collectif Cauchemar 2, édité par l’atelier.
  • 2009-aujourd’hui : Cédric Manche et Pierre Bailli enseignent à l’atelier. Publication du collectif L’intégrale édité par l’atelier.
    Réalisation d’une fresque à la Foire du livre de Bruxelles.
    Publication du collectif Cauchemar 3, édité par l’atelier.
  • 2010 : Publication du collectif Cauchemar 4, édité par l’atelier. Publication du collectif L’escale du désir, Editions Salmigondis.
  • 2010 : Première édition du festival Culture Maison, dédié à la bande dessinée alternative et contemporaine, qui se tiendra à Bruxelles jusqu’en 2018 (initié par Cyril Elophe, ancien étudiant de l’atelier).
  • 2011 - aujourd’hui : Olivier Spinewine, enseigne le cours de couleur à l’atelier.
    Participation de l’atelier aux 24heures de la BD d’Angoulême.
    Publication du collectif 20 Cranes, édité par l’atelier. Publication du collectif Cauchemar 5, édité par l’atelier.
  • 2011 : Le bleu est une couleur chaude (Glénat, 2010) de Julie Maroh obtient le Fauve Fnac SNCF et le prix du Public au festival d’Angoulême. Il sera adapté au cinéma par Abdelatif Kechiche sous le titre La Vie d’Adèle (Palme d’Or au festival de Cannes 2013).
  • 2012 - aujourd’hui : Philippe de Pierpont, professeur en scénario, est intégré à l’atelier.

Fondation des micro-éditions Jean Guichon. Couleur de peau : miel (Quadrants, 2007) de Jung-Sik est adapté en film d’animation, co-réalisé avec Laurent Boileau (prix du Public au festival d’Annecy).

  • 2013 : Filmer a tout prix à Flagey. Exposition des planches réalisées par les étudiants de BD3 au Festival du cinéma documentaire.
    Cérébro-léssions. Réalisation d’un collectif pour l’ASBL Le Ressort, Le Noyau et L’AWIPH. Aide aux per- sonnes cérébrolésées sur base de leurs scénarios.
    Bénin. Workshop réalisé sur le thème du VAUDOU et exposition à l’Institut Français de Cotonou. Exposition des dessins et linogravures à la Maison du Peuple à Saint-Gilles. Bénin. Workshop réalisé sur le thème du VAUDOU et exposition à l’Institut Français de Cotonou. Exposition des dessins et linogravures à la Maison du Peuple à Saint-Gilles.
  • 2015 - aujourd’hui : Stéphane Malandrin, professeur en scénario, est intégré à l’atelier.
  • 2017 : Inauguration du Master Bande Dessinée – Éditions (spécialisation Création et Diffusion).
    Noémie Marsily et Dominique Goblet enseignent à l’atelier en Master. Max de Radiguès à l’atelier du Bache- lier.
  • 2017 : Eric Lambé et Philippe De Pierpont reçoivent le Fauve d’or d’Angoulême pour « Paysage après la bataille » (Frémok & Actes Sud).
    Thierry Van Hasselt est lauréat du Prix de la Fédération Wallonie-Bruxelles en bande dessinée (Prix Atomium).
  • 2018 - Remua/El Sistema à Flagey. Belgian National Orchestra et El Sistema Centre/Sud. Projection du film « Les Super-Héros », dessins réalisés par les étudiants de BD3
  • 2018 : Fondation de l’atelier coopératif d’auto-édition L’Atelier du Toner.
    Max de Radiguès est lauréat du Prix de Lycéens du festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême pour « Bâtard » (Casterman).
  • 2019 - aujourd’hui : Loo Hui Phang enseigne le scénario à l’atelier. A l’occasion des 50 ans de l’atelier création du journal Ici La Base.
    Publication du collectif Le modèle. Editions La Base
    Publication du collectif L’intrus. Editions La Base
    Publication du collectif Quiproquo. Editions La Base
  • 2019 : Victor Pellet, fraîchement diplômé du Master en Bande dessinée - Éditions, est lauréat du prix Raymond Leblanc de la jeune création pour son opus « La Promotion »
  • 2020 : Younn Locard et Florent Grouazel, deux anciens étudiants, reçoivent le Fauve d’or d’Angoulême pour « Révolution » (Actes Sud - L’An 2).

Auteurs et autrices sortis de l’atelier

A

Aillet Grégoire
Almeida Sylvain
Angst Esther

B

Bailly Pierre
Baker Steve
Baltus Anne
Baudoin Tamia
Bechet Gilles
Belleux Cendrine
Benchaieb Youness
Benéteau Benjamin
Berthet Philippe
Bernard Marc
Béziel Pierre
Bézian Frédéric
Bihin Sophie
Bischoff Léonie
Birty Jérome
Blary Benoit
Boira Paz
Bolsée Florence
Bonneton Florian
Bossu Charlie
Bovy Julien
Braun de Ter
Meeren Gaêlle
Brouillard Monique
Bruyninx Marc
Bryon Lucie

C

Chaumaz Aude
Cinna Olivier
Circosta Christine
Claeys Séraphine
Clavreul Jaufré Clou
Coché frédéric
Collet Myriam
Collin Antoinette
Corbel Alain
Cornette Jean-Luc
Cossu Antonio
Creach Hervé
Cressely Maud
Cuvelier Benjamin

D

Dabas Nicolas
Dandois Nicolas
David Dominique
De Backer Benoît
De Brab Carine
De Cock Elvire
Deelers Jérôme
De Heyn Renaud
De Jode Christine
Dejong Marc
Delauney Yann
De La Serna Alex
Delmond Rémy
De Meyere Gael
Demeure Marie-Christine
De Mûlenaere Cédric
De Pape Elora
De Pierpont Alain
De Pierpont Philippe
Deprez Denis
Deprez Olivier
De Radigues Max
Derru
De Sager Peggie
De Spiegeleer Chantal
De Voghel Chantal
Devos Winoc
Dewez Geoffroy
Dewitte Hélène
Dierick Alain
Dinunzio Michel
Doreau Vincent
Druart Yves
Dubois Jean-Marc
Dupuis Tristan
Dupuy Aurore
Durieux Christian
Dutreuil Vincent

E

Elophe Cyril
Englebert Jean-Luc

F

Falzon Joseph
Fautrez Dominique
Foerster Philippe
Foletti Michele
Fortemps Vincent
Forrest Jean
Forrest Vincent
Francart Guillaume
Francq Philippe

G

Ganuza Arriaga Guillermo
Geffray Raphael
Gendrin Etienne
Genet Frédéric
Gilbert Thomas
Goethals Sébastien
Goffaux Gérard
Goffin Alain
Goderniaux François
Godisiabois Bernard
Gontier marc
Goossens Philippe
Goossens Véronique
Goovaerts Jean
Gouesbet Nicolas
Grammaticopoulos Philippe
Grandmont José
Graux Julie
Grenson Olivier
Griez Manuel
Grouazel Florent
Gronle Thomas
Guibet François

h

Henroz Didier
Henne William
Henroz Didier Héritier Ambroise
Hernu Marc
Hette Stéphane
Ho Tsong Fang Guillaume
Huberty Hélène
Humbert Florent
Hyart Julien
Hyronimus Emmanuel Jacqmin Nina

J

Joisson Philippe Joor Louise
Joor Thierry Jurg
Jusseret Zoé

K

Kervyn de Meerendre
Gauthier Koch Merle
Koot Aurélie

L

Lacroix Benoit
Lacroix Jean-Claire
Lambé Eric
Lamy Luc
Lambert Thibaut
Lange Colombe
Langue Jean-Marc
Lardy Philippe
Larue Denis
Laumaillé Alexis
Laurent Félix
Lebon Augustin
Le Dourner Valère
Legoupil Guillaume
Lehance Patrick
Lelièvre Alban
Lepretre Marie
Leroux Alix
Locard Younn
Long Jean-Christophe
Lorne Arnaud
Louis Jacques
Löwenthal Xavier

M

Macola Piero
Maghe Sylvanie
Magnan Mathilde
Malle Mirion
Manouach Ilan
Marchand Bruno
Maroh Julie
Marques Dominique
Martens Andréas
Martin Lua
Massart Marianne
Masson Sarah
Massot Aude
Mastoros Dimitrios
Mathieu Thomas
Mathy Vincent
Mativa Jean-Luc
Matthey Pascal
Meersseman Philippe
Mezil Vincent Merkeke
Michaelis Fanny
Millella Federico
Morvan Jean-David
Moons André
Munoz Alain
Mylemans René

N

Nguyen Ngoc Hieu
Noterdaem Adrien

O

Orozco Inti

P

Pagi Nurit
Pâques Olivier
Pardon Gabriel
Parthoens Luc
Pasquier Léopold
Placeman Pascal
Petry Claire
Picardi Arcady
Pirloget Arthus
Pitz Nicolas
Poot Christophe
Poppe Olivier
Potier Ange
Pourbaix Pierre
Pourreau Benoît
Préaud Quentin Ptoma

R

Réginald
Renard Claude
Renard Romain
Rime Emilien
Robin Alexis
Rocour Damien
Roels Benoit
Rondeleux Antoine
Roux Alexandre
Royer Jérémie
Ruprecht Elise
Ryelandt Gaspard

S

Saab Rita
Salmon Jean-Marc
Savoia Sylvain
Sandré Robin
Saraiva Guirlène
Sauzet Mikkel
Saysouk Pierre
Schuiten François
Sevrin Marc
Smet Jan
Sokal Benoît
Soumenkoff Pablo
Spinewine Olivier
Staquet Christian
Sterpin Florence
Strickler Benjamin
Swolfs Yves

T

Taymans André
Tefenkgi Alexandre
Tilgenkamp Max
Trauscht Jean-Michel

U

Umbdenstock Jacques
Umbreit Thierry

V

Vallée Sylvain
Van Beneden Arnaud
Vande Ghinste Tiffanie
Vandenheede Jacques
Vanénis Marc
Van Hasselt Thierry
Van Humbeeck Bernard
Vaisse Violette
Van Isterdael Mickaël
Vanwassenhove Christine
Verhoeven Daniel
Vidon Jean-Philippe
Villard Charlotte
Voz Myriam

W

Wautié Martin
Wegria Thierry
Widendaele Alexandre
Wouters Nicolas

Les professeurs

Liste des membres du corps enseignant ayant participé à la formation des étudiants du cycle BD-Éditions Saint-Luc Bruxelles de 1969 à nos jours.

Pierre Arèse — Michel Assenmaker — Pierre Bailly — Nicolas Belayew — Yves Bernard — Philippe Berthet — Antoine Boute — Simon Brunfaut Michel Ceder — Thérèse Chotteau — Stéphane Coeckelberghs — André-Yves Coenderaet — Laurent Courtens — Thierry Cuvelier — Matthias De Jonghe — Arnaud De La Croix — Stéphane de Longrée — Philippe de Pierpont — Erwin Dejasse — Alain Deleplanque — Denis Deprez — Max De Radiguès — Katleen Dulac — Yves Fonck — Jean Forrest — Philippe Franck — Alain Geronnez — Dominique Goblet Sacha Goerg — Alain Goffaux — Gérard Goffaux — Julie Graux — Thomas Gunzig — Frédérique Halbardier — Stan Hensen — Eduardo Hidalgo Ruiz — Jacques Houssiau — Loo Hui Phang — Anne Hustache — Alain Kazinierakis — Stéphanie Kleinen — Eric Lambé — Luc Lamy — Denis Larue — Tristan Ledoux — Jean-Louis Lefebvre — Danielle Leenaerts — Anne Leurquin — Stéphane Malandrin — Cédric Manche — Noémie Marsily — Marie-Christine Moriau — Juan Paparella — Frédéric Paques Sabrina Parent — Serge Paulus — Benoît Peeters — Birgit Pelzer — Anne Pintus — Raphaël Pirenne — Christophe Poot — Pierre Pourbaix — Fabrice Preyat — Nicolas Prignot — Patrick Radermecker — Claude Renard — Mireille Riaume — Philippe Rihoux — Frédéric Ruymen — Maud Salembier — Guy Schockaert — François Schuiten — Simone Schuiten — Carolina Serra — Marc Sevrin — Pascale Seys — Olivier Spinewine — Christian Staquet — Michel Sterckx — Marc Streker — Anne-Sylvie Swijngedau — Hubert Teheux — Ivan Thomas — Anne Valkenborgh — Alain Van Caulaert — Anne Van Lier — Alain Vanderhofstadt — Thierry Van Hasselt — Jean Vanopdenbosch — Ilan Weiss